Finage, domaines, rues et lieudits

Comment s'y retrouver

 

 130 rues et chemins à  Monéteau,... Comment s’y retrouver ?...  

et pourquoi de tels noms de rues ?

 

 

Hormis les indications basiques de direction, Auxerre 1Seignelay 2Sommeville3 (…) Comment se retrouver dans les dénominations des quelque 130 rues et chemins de Monéteau (40Kms). Après avoir pioché dans le patrimoine local, faisant de ce fait revivre des dénominations oubliées, les municipalités qui se sont succédé ont choisi pour chaque nouveau lotissement de regrouper par thème les appellations des voies facilitant ainsi la tache du voyageur.

Histoire contemporaine...

Pour le premier lotissement, dans les années 60, (appelé alors lotissement Fruehauf 4) ce fut un véritable bouquet  de fleurs (Rose Myosotis, Lilas…), venait ensuite, la mémoire d’Histoire récente à la Garenne I 6 (Résistance, Verdun, libération…) et la géographie provinciale pour la Garenne II7(Auvergne, Bretagne, Bourgogne…), l’hommage aux écrivains et poètes au Caron  8(G.Sand, F.Clas, Colette,…), les oiseaux pour les prés du Château 9(Mésanges, Rouges-gorges, Alouettes)  les capitales Européennes à Macherin 10Londres, Rome, Bruxelles…)  et tout récemment des artistes peintres dans la plaine de Sommeville 11(Renoir, Picasso…). 

 

...et mémoire du pays. 

Pour mémoriser, il en va autrement des appellations anciennes du finage  . Bien que de sens obscur, elles n’en restent pas moins l’écho d’un passé , la mémoire du pays. Généralement les lieux ont trouvé dénomination en fonction du relief du sol, du terroir, du nom d’anciens propriétaires, des végétaux, de la communauté des habitants , de l’histoire locale ou encore de l’inspiration religieuse. 

Ainsi, les arbres et végétaux ont fourni une dénomination au sol. Le chêne a donné son nom au hameau des Chesnez 12vers St Quentin, les charmilles, le bois des chaumes13 et à l’arrière le Thureau du Bard 14La rue des Ormes 15 rappelle cette magnifique essence décimée par une maladie parasitaire. Le Saule 16 était en  parure à la rue qui porte son nom et Les Grandes Haies 17conduisaient à un rideau de verdure. Le Chemin des aventures18 rappelle les accidents qui s’y sont produits dus au relief pentu. En bas, la richesse du sol en fossiles de coquillages a donné son nom à la route des conches 19. Les contours 20 évoquaient les limites du territoire communal, endroit autrefois peu fréquentés. Le grand 21 et le petit Coignot désignaient les terrains en pointe de part et d’autre de l’embouchure du rû de Baulches.

Les Guenelles 22 .Un nom étymologiquement de la même famille que guenille mais qui à l’origine indiquait bannières et étendards

La garenne 6.7. Autrefois réserve seigneuriale de chasse. Les lapins étaient attirés par la proximité du bois et la chaude exposition. 

Le Carron 8évoque une forme carrée qui aurait pu s’appliquer à un l'intersection de quatre voies  (le quarel ancienne mesure de 13a 27. ) 

La Seiglée 25 caractérise le mode de couverture au moyen age des constructions de l’endroit. 

Le comte d’Auxerre (1145) était le baron (contraction: Bar) du fief de l’évêque couvrant un Thul (désignant la hauteur) La foret du  Thureau du Bar 14 devenait aussi celle de l’évêque Montaigu 26Non loin de là un point de défense avancée les Archies 27 (mot dérivé d’archerie). Les jeunes serviteurs du culte avaient également leur chemin dit des Enfants d’aubes 28 à l’orée du bois du Thureau 

La nature du sol a contribué également à l'appellation de diférentes voies. Des banc et carrières de pierres (rue des Perrières,29) aux cailloux, (rue desCaillotes 30 )  et aux Graviers 31(chemin). Le terrier blanc 32 quant à lui indique la variété des argiles de la côte depuis la voie ferrée jusqu’au bois. A bonne exposition la côte ne pouvait manquer par ailleurs d’attirer la vigne. Les grandes vignes 33les vignes des cailloux faisaient face aux vignes d’en bas et aux chopines34   (ancienne mesure de liquide : ¼ de pot ou demi bouteille de Paris (0,463l) 

La rue de Thizouailles 35 a pris le nom possesseur du fief de St Maurice au Petit Monéteau. Le Courtis Robin  était un domaine agricole. La régulation du cours de l’Yonne a amélioré la salubrité des terres cultivables soumises aux caprices des eaux fluviales. Ce progrès a entrainé la disparition des Iles (plaine des Iles) proche des Dumonts (initialement nom du propriétaire des lieux) et des deux gué du village, de l’Epine 36 et de Thizouailles. Le pissoir37proche de l’Yonne tenait lieu de déversoir des eaux de ruissellement. Le chemin des vaches 38 indiquait la proximité de l’agglomération et les aller et venue des vaches traites à l'étable. La rue du puits39 reliant la place de l’église à l’Yonne contenant un puits public d’eau potable. La rue du four40 reliant la place de l’église au restaurant appelé alors le Lido  se trouvait le four banal où la population avait obligation (contre redevance) d’aller faire cuire son pain. La fête Dieu41 tient son nom de la procession qui empruntait la rue de Sommeville et la rue des Prés hauts. Au nord du village la rue des Mariniers42 (initialement chemin des marinières)  a tiré son nom des fréquentations dont il a été l’objet en vue du ravitaillement par leurs épouses des mariniers astreints  à de fréquents stationnements en attente du lâchage des flots par abattage des pertuis, (barrages mobiles de retenue d’eau). Deux fontaines publiques ont disparues, la fontaine st Cyr 43du nom du patron local et la fontaine menée.

L’ordre mi-religieux, mi-militaire des templiers établirent une Commanderie44 secourable aux malades et nécessiteux. Etablissement qui fut cédé aux hospitatliers et transformé en ferme dont dépendaient les prés de l'hopital. Le souvenir des lépreux est perpétué entre Yonne et St Quentin, au lieu dit les Sigmotes 45 (déformation de stigmates désignant les cinq plaies du christ en croix). A Sommeville la rue du Château46conduisait à la propriété la plus importante de l’endroit. Le Chemin des trois Maries47 doit son nom à Anne qui eut trois filles dont la vierge, toute trois appelées Marie. (La vierge étant devenue mère du christ et ses deux sœurs eurent de nombreux enfants dont cinq des plus grands apôtres). Enfin entre autoroute et rû de Baulche, Macherin10 vient de mâchurés (qui signifie barbouillés de noir avec de la suie)

 

Certes cette liste n’est pas exhaustive et demande à être complétée au fil du temps. Mais ces quelques indications pourront, vous guider dans vos visites de la ville et de ses contours ou vous assister et vous accompagner dans ce grand jeu de piste qu'est le finage de notre cité. Bonne ballade !

 NB Les nombres en index sont répertoriés sur le plan ci-dessous

 

rues-plan.jpg

 retour à ANICOM & patrimoine