Le coin du jardinier

 NOUVEAU

"Qand j'ai planté ma première bouture de Brugmansia,j'étais loin d'imaginer que c'était le début d'une aventure et surtout la naissance d'une passion pour de longues années....."

Brugsmania

Dans un recueil fort bien documenté et enrichi des plus beau spécimens de sa collection, Didier Sevestre nous fait partager sa passion.(Pour se  procurer l'ouvrage tel: 03 86 40 52 29)

datura.jpg tip-top.jpg 

 

Un homme d’expériences, 

A Monéteau, entre la rue des Lilas et le chemin de la Jonchère, notre ami Didier Sevestre se livre a des expériences horticoles pour le moins originales. Sous nos cieux, pas toujours cléments, il a réussi à faire pousser du coton, de l’arachide ou encore des gogis. Depuis plusieurs années il s’est spécialisé dans la production de Brugmansia communément appelé Datura  

BRUGMANSIA ou DATURA ou TROMPETTES DES ANGES 

Les Brugmansias sont des plantes arbustives de la famille des Solanacées longtemps confondu avec le Datura. Certes comme lui le Brugmansia possède en effet des fleurs ayant la forme de trompettes (d'où le nom familier de trompette des anges) mais la principale distinction entre les deux genres vient du fait que les fleurs de Datura sont érigées, alors que celles du Brugmansia sont tombantes, en clochettes. De plus, les Brugmansia sont des arbustes, tandis que la plupart des daturas sont des plantes herbacées. Les deux plantes sont cependant très voisines, et elles ont les mêmes caractéristiques toxiques.

 

La reproduction des Brugmansias se fait par, bouturage, marcottage, germination mais ce qui a retenu l’attention de notre passionné d’horticulture, c’est la pollinisation artificielle des fleurs de Brugmansia. 

L’intérêt de cette pollinisation artificielle est de permettre le croisement de deux variétés différentes et ainsi d'obtenir un nouvel hybride dont on connaît avec certitude les parents. Croiser un Brugmansia à fleurs doubles blanches avec un Brugmansia à fleurs simples roses permet d'envisager, par exemple l'obtention d'un Brugmansia à fleurs doubles roses. La pollinisation consiste à transporter le pollen depuis les étamines d'une fleur sur le stigmate au bout du pistil d'une autre fleur. Pour polliniser une fleur de Brugmansia, soit on laisse faire les insectes et les colibris, c'est la pollinisation naturelle.(... Mais on n'a pas tous des colibris dans le jardin) soit on à recours à la pollinisation artificielle. On prélève du pollen d'une fleur avec un pinceau ou un coton-tige, et on frotte avec le bout du style d'une fleur d'un autre Brugmansia. Entre-temps, on peut stocker le pollen au congélateur ou l'envoyer par la poste à un autre passionné. Une technique que maitrise Didier avec des résultats plus qu’honorables. 

.

 Pourquoi je me suis passionné

 

" Cette plante mystérieuse attire par la beauté de ses fleurs et de leur parfum. Originaire des ANDES, ( les INCAS ont su utiliser leurs propriétés médicinales) cette plante est considérée vénéneuse au même titre que le laurier rose, la digitale et autre pavot dont la culture ne pose aucun danger. Toutes les parties du Brugmansia sont vénéneuses, en particulier les graines. 

La beauté fugace de ses grosses fleurs avec la possibilité de pouvoir les hybrider assez facilement m'a tout de suite séduit et je savais que j'étais au dé but d'expériences intéressantes et riches de découvertes. C’est en  1996 que l’aventure a commencé, une cliente m’avait offert  une bouture du classique Brugmansia ROSE SIMPLE (variété Suaveolens rose)…J’ai mis trois 3 ans à apprendre à la cultiver correctement. 

Dans son biotope, le Brugmansia vit sous d'autres grands arbres dans un sol plutôt humide et riche en éléments fertilisants. Il me fallait  donc lui offrir les mêmes conditions de culture. En 1999 J’ai  rencontré au parc floral de la Source  à ORLEANS(45) un horticulteur dépositaire à l'époque de la collection nationale. Je lui ai acheté 7 à 8 boutures pour commencer ; certaines ont fleuri mais d'autres malgré mes soins intensifs n'ont pas été à la hauteur de mon espérance. J'ai patienté 2 ou 3 ans et j'ai fini par les éliminer à cause de leur manque de précocité. J'ai pensé qu'il y avait peut être matière à sélectionner des variétés un peu plus adaptées à notre climat. Mais pour cela il fallait se lancer dans la grande aventure de l'hybridation et pour ce faire il fallait maîtriser tous les paramètres de la culture : l'hybridation ? Quel était le moment optimum pour féconder ? 

Après quelques essais infructueux, je réussi mon premier croisement en 1999 entre PINK FAVORITE ( Rose ) et CHARLES GRIMALDI ( Orange ).Après avoir enlevé les étamines à la pince à épiler avant qu'elles libèrent le pollen (Jai appris plus tard que cela ne servait à rien puisque la plante ne se féconde pas elle même, elle a besoin d'un pollen étranger) ; j'avais évidemment enveloppé la fleur afin d'éviter une pollinisation par les abeilles ou les papillons de nuit. Le fruit, de la taille d'un poivron, a mis six mois pour mûrir début novembre dans mon sous sol, les graines légèrement plus grosses que celles des tomates (même famille de plante, les solanacées )     sont protégées par une enveloppe qui leur permet de flotter dans les petits cours d'eau afin de disséminer la variété dans la nature. 

 Début 2000, j'ai décortiqué ces graines et les ai semé à une température de 20, 25 degrés pendant trois semaines et je n'ai eu que 5 pieds de levés ; je pouvais mieux faire ! Ils ont fleuri vers septembre et étaient tous blancs avec des variantes dans la forme du port et des feuilles. J'en sélectionnai un et en 2001 je commençai un croisement avec la variété GOLTRAUM 2 (jaune simple). Et c'est par un beau matin du mois de septembre 2001 que la chance me sourit avec un pied porteur d'une fleur orangée à gorge claire et aux pétales " coupées aux ciseaux ". Baptisée JERICHO, j'envoyai une photo à l'horticulteur qui aussitôt me réclama des boutures. Après deux croisements successifs j'avais une variété en collection nationale, mon horticulteur me donna l'adresse d'une sélectionneuse de CHARENTE MARITIME qui en possédait 300 variétés ! Très sympathique , elle me fit profiter de ses variétés inscrites chez BGI ( Brugmansia Growers International ). J'orientais ma sélection en essayant d'approcher le plus du rouge et à force de cumul génétique j'ai à l'heure actuelle des variétés tendant vers cette couleur à condition que la température et la bonne fertilisation soient réunies ( BRUG ROUGE et ROSYONNE ). Par ailleurs, l’achat de variétés doubles en Allemagne m'a permis de diversifier les gènes. Depuis, les mois de septembre sont devenu pour moi une période de désillusion ou de découvertes comme en 2011 avec une mutation de feuillage vert foncé /vert clair ( PANACHE) jamais vu pour le moment sur internet. 

Cette année 125 pieds seront testés en sachant que tous ne fleuriront pas et seront éliminés par la gelée. C'est la dure loi de la nature mais indispensable pour travailler sur la précocité ! " D.S.

mutation-1.jpg

En mars 2012, une mutation est apparue dans un semi. Cette panachure vert clair:vert foncé est trés rare Ce plan sera conservé quelque soit son colori

 à consulter  : http://www.lapassiondestomatesetdesbrugmansias.com

   

 

 

 

 

Festilivres 2018 affiche