D.L. Scott

 

d-l-scott.png

D.L.Scott


Écrivain, Scénariste et Metteur en ScèneD.L.Scott a très tôt découvert sa vocation d'homme de lettres. Écriture, description scénique et mise en scène, ces trois dimensions convergent dans ses ouvrages, écrits comme des scénarios.
Titres en anglais, mais texte en français

 

Extrait de « I WANT TO BELIEVE IN »


- En joue ! Feu ! En joue ! Feu !
La sonorité cafardeuse du clairon mit fin aux honneurs militaires de Franck et Clara
Hammersmith, morts dans un accident d'hélicoptère. À la fin de la sonnerie aux morts, militaires et civils se dispersèrent pour rejoindre leurs voitures. Seul, resta l'Amiral J.T. Clarke, accompagné d'un jeune soldat qui tenait d'une main gantée de blanc, un parapluie au dessus de sa tête. Car il pleuvait beaucoup, pour ce jour de deuil. L'Amiral Clarke tenait dans ses mains, un épais tissu de
forme triangulaire. C'était le drapeau américain, qui allait être remis à Simone Hammersmith, la grand-mère de Michael, qu'il appelait dans l'intimité, Mamie 'Momone.
Ellen n'était pas là. Elle avait quitté le cimetière, dans l'une des deux voitures de son oncle Martin et de sa tante Vivian. Et elle avait besoin du précieux soutien de ses trois cousines : Emily, Rachel et Suzanne Hammersmith.
- Mes respects, Madame, lança un Amiral plein de commisération, mais penaud. Au nom des États-Unis d'Amérique, laissez-moi vous remettre le symbole de notre nation, aux valeurs desquelles votre fils, Franck et votre belle-fille, Clara, croyaient et qu'ils défendaient au péril de leur vie. Vous pouvez compter sur moi, Madame, pour élever, à titre posthume, votre fils, Colonel du Corps des Marines, au grade de Général et votre belle-fille, Lieutenant infirmière militaire, au grade de Capitaine. C'étaient de très bons éléments. Vous pouvez être fier d'eux. Sincères condoléances, Madame.
Même si Mamie 'Momone avait trouvé le speech de ce Monsieur, largement structuré, comme un enfant récite sa poésie, elle se força à sourire.
- Merci, Amiral !
Bien qu'elle ait avancée sa main habillée d'un gant de dentelle noire, J.T. Clarke ne la serra pas, préférant claquer le talon de ses chaussures et d'aligner une rangée de doigts sur sa tempe droite.

scott.jpg